Montagnac-Montpezat : village de la trufficulture

Un peu d’histoire…

Montagnac-Montpezat est une commune des Alpes-de-Haute-Provence créée en 1974 par fusion des communes de Montagnac et de Montpezat (Montpezat fut rattaché à la commune de Montagnac du fait du déclin de la population : la commune ne comptait plus que 7 habitants en 1965). Ces 2 lieux sont distants d’environ 4 km. La commune fait partie du Parc Naturel Régional du Verdon.

Le territoire de la commune est délimité au sud par le Verdon, tout près de la limite avec le département du Var.

C’est un petit village typiquement provençal avec son lavoir, ses fontaines, ses ruelles étroites et ses maisons en pierre, idéalement situé dans une région authentique où se succèdent villages typiques et marchés pittoresques. Il vous accueille dans la nature préservée des Alpes-de-Haute-Provence, sur les rives du Verdon aux eaux turquoise.

Il est situé au sud-ouest du département des Alpes-de-Haute-Provence, limitrophe avec le département du Var. Sur la D211, entre Riez et le Lac de Quinson, à 8 Km du lac de Sainte-Croix, au cœur du parc Naturel Régional du Verdon, à une demi-heure de Manosque et 1 heure de Marseille.

La Commune de Montagnac-Montpezat, dont l’altitude est comprise entre 394 et 653 mètres, bénéficie d’un ensoleillement de plus de 300 jours par an. Elle a une superficie de 3418 ha, dont 1400 ha de vallons et collines et 2000 ha de plaines. Elle compte 417 habitants (en 2009), un commerce multiservices, la Poste, plusieurs artisans d’art et du bâtiment, un camping, deux hôtels restaurants, une centaine d’hectares de truffières.

Montagnac-Montpezat est un petit village tranquille, avec ses ruelles étroites, ses parfums, son climat, sa lumière tellement caractéristique, que rien ne trouble son calme mis à part son marché aux truffes qui se tient tous les ans. Certains ne connaissent ce village que sous le nom de Montagnac les Truffes. Il était un important centre commercial trufficole avec un passé glorieux, essentiellement pendant les années de 1815 à 1940. De mi-novembre à mi-mars un marché quotidien s’instaurait et avec l’apport des communes voisines, 700 à 1000 kilos de truffes fraîches étaient expédiées dans toute la France, surtout au Périgord ainsi que dans beaucoup de pays d’Europe et en Russie.
Saint Antoine, patron des rabassiers, est célébré chaque année en janvier, depuis près de 200 ans. La majesté la truffe est à l’honneur.

Notre plateau renferme bien des trésors et constitue autant de lieux d’évasion.
Nos champs de lavande vous conduisent, bercés par les vagues blondes de nos blés durs, jusqu’aux Gorges du Verdon, rivière émeraude, à l’humeur changeante.
Vous découvrirez des couleurs, des senteurs…alors, prenez le temps !
Prenez le temps, à la tombée du soir, lorsque le vent léger du sud porte les parfums de la terre, de vous arrêter, juste un instant…
Juste un instant, levez le nez, et regardez notre ciel, nos étoiles traçant leur chemin dans la voie lactée.
Vous vous rendrez à l’évidence : les nuits basses alpines sont magiques. Vous savourerez des instants empreints de calme, de douceur, de quiétude.

Quelle est belle notre Provence…

Maintenant un peu d’histoire : Montagnac est né en 1020. Puis, dès 1840, on l’appela « Montagnac les Truffes », ce diamant noir dont la vente se négociait sous le manteau à l’abri des regards indiscrets et qui était pesé journellement à la « romaine », du nom de la balance utilisée.
A présent, ce diamant est rare, malgré les chêneraies que vous ne manquerez pas de découvrir au détour d’un chemin.

Alors, laissez-vous emporter par nos parfums enivrants, nos paysages luxuriants, et vous n’aurez qu’une envie : revenir !

Edito bulletin municipal – mandature de M. Roger Reille 2001-2008

Village de Montagnac

(…)Notre petit village de Montagnac vous accueillera avec ses deux hôtels restaurants, ses chambres d’hôtes, sa petite épicerie, ses artistes : Claire et Jérôme, tourneurs sur bois, Dominique et Catherine, souffleurs de verre, et bien d’autres, souvent anonymes, inspirés par tous les paysages magnifiques qui nous entourent.

Pour les amoureux des belles pierres, visitez notre Eglise datant de l’époque romane, et après avoir sillonné les ruelles, en ceinture de village, vous apercevrez un panorama tout à fait exceptionnel : des champs de blé, de lavande à perte de vue, les montagnes environnantes chargées de neige en hiver, nos troupeaux de brebis, et que sais-je d’autre…
Ah nos troupeaux de brebis ! Vous les contemplerez, paissant paisiblement dans nos pâturages. Puis vient l’époque de la transhumance où les bêtes vont estiver sur nos montagnes : quel spectacle que cette houle vivante dont les bêlements se mêlent au carillon des « roudons » (cloches) balancés par les boucs des roves bien « embanés ».
Laissez vos yeux s’emplir de cette beauté et votre imagination vagabonder…

Au hasard de votre visite, vous découvrirez nos fontaines, notre lavoir, haut lieu de la vie sociale d’antan et réservé aux femmes.(…)

Eglise St-Pierre de Montagnac

L’église paroissiale de Montagnac est placée sous le vocable de Saint-Pierre-aux-Liens et son saint patron est saint Christophe. Elle est de style roman, et a été remaniée au XVII e siècle. Elle possède une statue de saint Antoine le Grand, patron des trufficulteurs représenté avec sa truie.


Chapelle St-Christophe de Montagnac

La chapelle située à l’est du village sur la route de Riez qui conduit au silo à grains, est sous le vocable de Saint-Christophe.

Saint-Christophe de Lycie plus connu comme SAINT-CHRISTOPHE est considéré comme le patron des voyageurs et des pèlerins. Il se fête le 25 Juillet.

Chaque année à l’occasion de sa fête, une messe célébrée par le prêtre de la paroisse, rassemble les fidèles de ce Saint-Patron sur les lieux mêmes de la chapelle. Quelquefois par manque de place, la messe est célébrée en plein air.

Après l’office, le prêtre bénit tous les véhicules présents sur l’aire de stationnement. Cette traditionnelle cérémonie est appréciée des anciens et attire le touriste toujours curieux des immuables coutumes provençales.


Oratoire de Notre-Dame du Bon Vallon

L’oratoire de Notre-Dame du Bon Vallon, édifié dans un lieu isolé à peu de distance et au nord du village de Montagnac, a été restauré en 2018 à l’initiative de l’association Sur les chemins de la Rabasse et du Patrimoine.
Sur les bases d’une analyse archéologique préalable, le monument a été restitué dans un état aussi proche que possible de celui de ses origines, d’un point de vue à la fois technique et esthétique.
Contrairement aux autres oratoires de la commune, celui de Notre-Dame du Bon Vallon ne se dresse pas en bordure immédiate d’un chemin. Il commémore l’existence, à son emplacement même, d’une chapelle aujourd’hui disparue. En revanche, comme pour les autres oratoires, sa construction s’inscrit dans le mouvement de rechristianisation des campagnes qui caractérise le XIXe siècle.
Chaque année, le jour de l’Ascension, une procession venait jusqu’à l’oratoire en passant par la chapelle Saint Christophe. On y chantait le Libera me avant la bénédiction des fruits de la terre .

Monument aux morts de Montagnac


Fontaine de la Banette de Montagnac


Fontaine de l’Archier de Montagnac


La Grande Fontaine de Montagnac


Oratoire Sibaude de Montagnac


Lavoir de Montagnac


Village de Montpezat

(…)En rejoignant le village de Montpezat, commune associée à celle de Montagnac, vous emprunterez une petite route bordée de champs de lavande, si bleue et si odorante où les abeilles, butinant, nous offrent un miel si parfumé…
Vous apercevrez, au loin, le lac de Montpezat, si calme, noyé dans la verdure : ses berges ombragées vous accueilleront pour des pique niques, des moments de repos…
Le Village de Vacances « V.V.F. Le Verdon » vous accueillera ainsi que le Camping « Le Coteau de la Marine ».
Ce charmant village, si pittoresque, avec ses maisons en pierre, sa fontaine, dominant le lac, accueille aussi un vivier d’artistes : peintres, faïencier…
Vous découvrirez une petite église renfermant un décor gothique.(…)

Château de Montpezat


Eglise de Montpezat

L’église a pour titulaire et patron : St-Julien.

St-Julien de Brioude, né à Vienne, cité des Allobroges. Soldat, il fuit le Dauphiné ou sévit la persécution ordonnée par l’empereur Julien, son homonyme.

Déserteur et chrétien, il se cache en Auvergne en attendant, des jours meilleurs. Mais dénoncé, Julien se rend au juge afin de ne pas compromettre la personne qui l’avait abrité. Sur son refus d’apostasier, il meurt décapité près de Brioude vers 342.

Ses reliques furent découvertes en 431 par St-Germain d’Auxerre, et ses miracles racontés par St-Grégoire-de-Tours.


Monument aux morts de Montpezat


Oratoire St-Sébastien de Montpezat

Sébastien est un martyr romain, qui aurait été tué lors des persécutions de Dioclétien au début du IVè siècle. Il existe très peu de détails historiques de la vie de Saint Sébastien. Il serait un gaulois élevé à Milan dans la foi chrétienne.

A Rome, il devint centurion et fut pris d’affection par les empereurs Dioclétien et Maximilien Hercule qui le nommèrent capitaine de la garde prétorienne, ignorant qu’il était chrétien. La tradition rapporte que Sébastien encouragea dans leur foi et au glorieux martyr : le christ, deux prisonniers chrétiens.

En l’apprenant, Dioclétien reprocha à Sébastien sa traîtrise et donna l’ordre à ses soldats de l’exécuter en le transperçant de flèches. Les archers le frappèrent jusqu’à ce qu’il soit recouvert de flèches comme un hérisson. Selon la légende, les archers qui avaient beaucoup d’estime pour leur chef auraient évité de viser le coeur, si bien que Sébastien ne succomba pas de ses blessures. Il fut soigné par une jeune veuve nommée Irène. Rapidement rétabli, il se rendit auprès de l’empereur pour lui reprocher sa cruauté à l’égard des chrétiens. Dioclétien le fit alors rouer de coups jusqu’à la mort et ordonna que son corps soit jeté dans les égouts de Rome. Des chrétiens purent cependant retrouver son corps et l’ensevelirent auprès des ossements des apôtres Pierre et Paul. Ses ossements furent ensuite disséminés dans différents lieux : églises, cathédrales, abbayes en France et à Rome.

Dans la mythologie gréco-romaine, Apollon, le dieu archer, est protecteur de la peste. L’image de Saint Sébastien fut le moyen de christianiser cette tradition.

Saint Sébastien est le patron des archers, il est protecteur contre la peste et des épidémies. C’est pour son rôle de protecteur que cet oratoire lui est dédié et placé à l’entrée du village.


La pierre des 3 blasons de Montpezat

Avant d’être fixées définitivement, les limites séparant Montpezat des localités voisines Baudinard et Artignoc donnèrent lieu à une multitude de contestations et de querelles entre habitants des trois villages. Si bien qu’en 1733 il y eut vérification et rétablissement des limites de Baudinard avec Montpezat et nomination d’experts.

En 1739, députation du greffier de Montpezat à Aix pour consulter sur le procès intenté par le seigneur de Baudinard et la communauté d’Artignosc, au sujet des limites du territoire.

Enfin en 1742, une transaction est établie entre les communautés de Baudinard, Artignosc et Montpezat, les limites sont fixées au « trifinium », point de jonction des limites des trois territoires.

Et c’est en 1743 que fut posée à cet endroit précis situé dans le Val Valour une pierre de bornage.
Cette pierre existe encore, elle porte sur trois faces les armoiries respectives des seigneurs des 3 territoires.


La calade de Montpezat

L’ouvrage est de construction récente : printemps 2015.

L’accès au village est remis en valeur et fait apparaître tout au bout l’Eglise St-Julien classée Monument Historique. Texte portant sur l’inauguration de la calade.


Le mur en pierres sèches de Montpezat

Situé rue du Verdon à Montpezat, le mur est de construction récente (07.02.09 – 25.03.10).

Il drape et ceinture le village face au lac, tel une sentinelle.